LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Amis, ennemis

Les insectes sont nos amis...

Cela ne vous rappelle rien?

Ressortez votre "Best of" des Inconnus:

 

165_JetAK_sur-scene-les-inconnus-les-insectes-sont-nos-amis_x240-KGA.jpg

(droits réservés)

 

Les insectes sont nos amis, certes.

Si l'on excepte les hématophages, qui transmettent des maladies infectieuses...

Les hyménoptères, en tout cas, sont nos amis.

Ils ne transmettent aucune maladie (et pour cause, ils ne sont jamais hématophages).

Ils sont pourtant responsables d'environ 500 morts par an sur la planète.

La quasi totalité des décès survient à cause de phénomènes allergiques, et rarement à cause de l'envenimation.

C'est plus que les requins (moins de 10 morts par an).

 

37887174-bande-dessin-e-de-requin-en-col-re-Banque-d'images.jpg

(droits réservés)

 

Mais beaucoup moins que les serpents (100000 morts par an).

 

images.jpg

(droits réservés) 

 

En France, les hyménoptères tuent sans doute moins de 10 personnes par an.

Ce chiffre est à comparer avec les 20000 décès par accidents domestiques (brûlures, intoxications, chutes...).

Vous avez donc beaucoup plus de risque de mourir en faisant la cuisine qu'en étant piqué par une guêpe.

 

Les hyménoptères sont donc nos amis.

Ce sont des pollinisateurs.

Ce sont des chasseurs d'insectes.

Ils sont nécessaires à l'équilibre de tous les écosystèmes.

Bombus hortorum:

 

APIDAE Bombus hortorum 2 (bourdon des jardins).JPG
 

Les hyménoptères sont pourtant nos ennemis.

Les pires ennemis de l'entomologiste amateur.

Beaucoup plus nombreux que les orthoptères, encore plus difficiles à déterminer que les diptères (encore que)...

Des nuits blanches en perspective.

XXX?:

 

 XXX 4.JPG

 

Dans les articles précédents, nous avons laissé de côté deux familles.

Une famille de guêpes, les Crabronidae, et une d'abeilles sauvages, les Colletidae.

Ce sont celles qui nous ont posé le plus de problèmes de détermination.

 

Commençons par les Crabronidae.

Comme le préfixe "crabro" nous le signale, ils ressemblent aux frelons.

En latin "crabro" signifie frelon, donc Vespa crabro = la guêpe frelon.

Vespa tout court signifie LA guêpe.

Voici une guêpe, en train de polliniser:

 

VESPIDAE Polistes gallicus 2 (poliste gaulois).JPG

 

En voici une autre, qui ne pollinise pas mais dont le surnom est "polini":

 

VESPA-POLINI-GOLD-LEAF-23-KARAT-1100x736.jpg
(droits réservés)

 

Parmi les guêpes, les Crabronidae ont la côte depuis longtemps.

Le bembex, qui est un Crabronidae, apparaissait dès 1925, dans les planches concernant les insectes "utiles".

 

 il_570xN.1078775341_rn6q (2).jpg

 (droits réservés)

 

Les Crabronidae sont assez difficiles à déterminer pour un amateur.

Cerceris sabulosa:

 

 CRABRONIDAE Cerceris sabulosa 1.JPG

 

Gorytes laticinctus:

 

CRABRONIDAE Gorytes laticinctus 1.JPG
 

Même si certains sont assez caractéristiques.

Philantus triangulum:

 

 CRABRONIDAE Philantus triangulum 2 (philante apivore).JPG

 

Lestica clypeata:

 

  CRABRONIDAE Lestica clypeata.JPG

 

Le plus compliqué, en ce qui les concerne (pour un amateur toujours), c'est de comprendre que l'on à affaire à un Crabronidae.

Surtout que certains sont très petits.

Ainsi, cette guêpe minuscule, en train de chasser des fourmis.

Tracheliodes quinquenotatus:

 

CRABRONIDAE Tracheliodes quinquenotatus.JPG
 

Ou cette autre, encore plus petite.

Passaloecus eremita:

 

CRABRONIDAE Passaloecus eremita 2.JPG
 

Le même jour, nous avons aperçu un autre individu du genre, à un autre endroit, que nous pensions être, si ce n'est le même, du moins un frère jumeau.

En fait, pas du tout, car le premier (eremita) se reconnait grâce à ses pattes.

Alors que le second, dont les pattes sont noires, semble bien correspondre à une autre espèce du même genre, pour l'instant indéterminé.

Passaloecus sp.:

 

CRABRONIDAE Passaloecus sp..JPG
 

Les Hyménoptères en général posent de gros problèmes d'identification.

Les Crabronidae en particulier.

Mais il y a pire: les Colletidae.

Les colletes sont des abeilles sauvages, assez petites, excellentes pollinisatrices, très difficiles à déterminer.

Elles comportent deux genres: Hylaeus et Colletes.

Celles appartenant à celui des Hylaeus sont noires.

En général, on comprend que l'on a affaire au genre en question.

Pour l'espèce, cela devient plus compliqué.

Hylaeus communis:

 

COLLETIDAE Hylaeus communis 4 (2).JPG
 

Hylaeus hyalinatus:

 

COLLETIDAE Hylaeus hyalinatus.JPG
 

Hylaeus lineolatus:

 

COLLETIDAE Hylaeus lineolatus 2.JPG
 

Hylaeus signatus:

 

COLLETIDAE Hylaeus signatus 1.JPG
 

Tout se joue sur des détails.

N'importe quel site entomologique sérieux nous botterait le cul pour avoir osé des déterminations à partir de telles photos.

Nous avons des arguments pour chacune, mais nous doutons qu'ils tiendraient aux yeux d'un spécialiste.

 

Étonnamment, l'espèce que nous avons le mieux photographié s'avère la seule que nous n'avons pu déterminer.

Hylaeus sp.:

 

COLLETIDAE Hylaeus sp. 3.JPG
 

Quant aux colletes proprement dites, il en existe plusieurs.

Mais la seule, pour l'instant, que nous avons identifié est celle-ci.

Colletes daviesanus:

 

COLLETIDAE Colletes daviesanus 2.JPG

 

Les autres zonent encore dans les limbes de nos fichiers d'insectes indéterminés.

 

Voici pour les hyménoptères.

Du moins, temporairement.

Nous ne verrons plus d’hyménoptères jusqu'au printemps prochain.

Avec environ une centaine d'espèces différentes rencontrées depuis le mois de mai, ils représentent pour nous le groupe le plus important (lépidoptères exceptés) des insectes du jardin.

Pour autant, nous savons déjà que nous en avons ratés beaucoup, faute de temps, et de disposer du matériel adéquat.

Nous espérons donc d'autres rencontres dès le printemps.

Comme disait l'irrésistible Paul Claudel, "Le pire n'est jamais sûr."

D'ici là, nous aurons peut-être progressé un peu en entomologie, et nous éprouverons moins de difficultés à les différencier.

 

PS: Comme promis, nous corrigeons nos erreurs au fur et à mesure. Dans cet article, le spécimen nommé "XXX", après recherches, s'est avéré être "Lestica clypeata". Par contre, celui nommé "Lestica clypeata" est douteux et pourrait être "Ectemnius sp.", peut-être "Ectemnius cavifrons".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



22/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres