LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

La mauvaise foi

Les premiers pas en entomologie, en tant qu'amateur, sont enthousiasmants.

Mais cela ne dure pas.

Très vite, l'on est confronté à la difficulté extrême de déterminer l'espèce de beaucoup d'insectes rencontrés.

Comme l'on commence souvent par les insectes les plus "visibles", à savoir odonates ou papillons de jour, cette difficulté n'apparait pas immédiatement.

Les odonates représentent moins de 100 espèces différentes en France.

La plupart sont caractéristiques.

Chalcocestes viridis:

 

LESTIDAE Chalcolestes viridis 9 (leste vert).JPG

 

Coenagrion puella (in copula):

 

COENAGRIONIDAE Coenagrion puella 3 (agrion jouvencelle couple).JPG

 

Les papillons dits "de jour" comptent environ 250 espèces, assez caractéristiques aussi.

Limenitis reducta:

 

NYMPHALIDAE Limenitis reducta 5 (sylvain azuré).JPG

 

Vanessa cardui:

 

NYMPHALIDAE Vanessa cardui 2 (belle-dame).JPG

 

Les choses se compliquent immensément lorsque l'on s'intéresse aux diptères ou aux hyménoptères, pour ne citer qu'eux.

Tolmerus atracapilus:

 

ASILIDAE Tolmerus atricapillus 1.JPG

 

Gorytes laticinctus:

 

CRABRONIDAE Gorytes laticinctus 2.JPG

 

En fait, un adage précise que seulement 15% des espèces peuvent être déterminées à partir de photos.

C'est peut-être un peu exagéré.

Mais le fait est que, si l'on ne capture pas l'insecte, c'est-à-dire si on ne le tue pas:

 

can-stock-photo_csp19723580.jpg

(droits réservés)

 

on ne parvient pas, dans bon nombre de cas, à le déterminer avec exactitude.

Car, pour analyser, par exemple, une nervation alaire à partie d'une photo: makach walou!

Or, notre principe de base est de respecter la vie.

Donc, évidemment ne pas tuer.

 

slide01.jpg

(droits réservés)

 

Dans ces conditions, nous sommes condamnés à l'approximation.

Mais nous n'avons pas pour mission de faire avancer la science.

Notre seul but est de faire aimer la nature, et, dans la mesure du possible, la respecter et la préserver.

Si possible de participer aux relevés taxonomiques de notre région.

 

Toutes nos déterminations d'insectes sont le fruit de recherches, sur les ouvrages dont nous disposons (ils commencent à être nombreux), et, bien sûr, sur internet.

Souvent, nous sommes certains de ce que nous annonçons.

Conops ceriaeformis:

 

CONOPIDAE Conops ceriaeformis 1.JPG

 

Parfois, nous avons de légers doutes.

Agriphilae geniculae:

 

CRAMBIDAE Agriphila geniculae.JPG

 

D'autres fois, des doutes sérieux.

Polistes biglumis:

 

VESPIDAE Polistes biglumis 2.JPG

 

Malgré cela, notre "mauvaise foi" nous incline à nommer, malgré tout, l'insecte en question.

Cela n'est pas bien.

Cela ne sert qu'à calmer nos pulsions obsessionnelles compulsives, qui nous condamnent à ne pas laisser une case vide.

Comment abandonner un si bel insecte aux limbes de l'indéterminé?

Rhopalus conspersus:

 

RHOPALIDAE Rhopalus conspersus 1.JPG

 

Au moins, dans ce cas, sommes-nous certains du genre.

Comment ne pas ressentir une grande frustration quand l'espèce nous échappe complètement?

Osmia sp.:

 

MEGACHILIDAE Osmia sp. 2.JPG

 

Ici, nous avons même un doute sur le genre.

 

Nous n’acquerrons jamais les compétences nécessaires permettant de nous assurer de tout. Amateurs nous sommes, amateurs nous resterons.

Notre but essentiel a été d'avoir créé un espace au sein duquel la biodiversité puisse se développer en toute quiétude. Dès lors, comment n'être pas tentés de l'observer?

Mais cette observation reste dans le domaine des émerveillements de l'enfance.

Nous faisons partager une "approximation".

Mais une "approximation sérieuse", car, malgré tout, à notre rythme, avec nos capacités, nous cherchons...

 

Lesindicessontmaigres.jpg
(droits réservés)

 

Actuellement, nous pouvons penser que 70% de nos identifications sont justes.

20% peuvent être considérées comme un peu douteuses.

Genre certain, mais espèce seulement probable.

Strictopleurus punctanervosus:

 

RHOPALIDAE Strictopleurus punctanervosus 1.JPG

 

Genre certain, espèce incertaine mais possible.

Amegilla quadrifasciata:

 

APIDAE Amegilla quadrifasciata 2.JPG

 

Quelquefois, l'espèce nous semble impossible à déterminer.

Stevenia sp.:

 

RHINOPHORIDAE Stevenia sp..JPG

 

Gasteruption sp.:

 

 GASTERUPTIONIDAE Gasteruption sp. 1.JPG

 

Dans ces cas, nous nous contentons du genre, l’abréviation "sp." signalant une espèce pour l'instant inconnue.

 

Aldebaran2.jpg
(droits réservés)

 

10% des identifications peuvent être considérées comme très douteuses.

Ce pourcentage est, évidemment, approximatif.

Nous espérons progresser dans le futur.

 

Parfois, nous sommes de "mauvaise foi" dans l’identification d'un insecte.

Mais, quand c'est les cas, toujours nous le signalons.

Car, en fin de compte, et fondamentalement, nous sommes des êtres de bonne foi.

Sinon nous n'aurions pas écrit cet article.

 

PS: de fait, si des erreurs, de bonne foi, se sont glissées dans nos espèces, et que quelqu'un les remarque, nous vous remercions par avance de nous les signaler.

 

NB: dès que nous constatons une erreur dans nos déterminations, nous corrigeons l'article concerné.



26/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres