LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Les fourmis, une histoire

Les fourmis sont probablement les insectes les plus connus.

 

IMGP4541.JPG

 

Seules les abeilles peuvent leur contester cette notoriété.

D'où leur vient cette extraordinaire popularité?

La réponse à cette question est extrêmement simple.

Les fourmis représentent les insectes les plus nombreux dans le monde.

Elles sont présentes partout.

Leur biomasse constitue 20% de la biomasse totale et dépasse celle représentée par l'humanité.

Environ 4 millions de fourmis équivalent au poids d'un être humain.

Cela signifie que la planète compte environ 30000 billions de fourmis (à quelques dizaines de milliards près).

C'est-à-dire le chiffre trois suivi de seize zéros.

 

Par ailleurs, les fourmis sont des insectes sociaux, dont les colonies présentent des structures extrêmement complexes.

Elles sont parfaitement adaptées à la planète, et l'on en rencontre sous toutes les latitudes (Antarctique excepté) et sous n'importe quel climat.

Il est logique qu'elles occupent une place aussi importante dans l'imaginaire collectif.

Bernard Werber s'est emparé de leur popularité afin d'écrire un cycle de romans à succès dans les années 90.

 

Werber Bernard - 1 Les fourmis.gif

(droits réservés)

 

Il ne fut pas le seul.

Le cinéma s'est aussi approprié les fourmis.

Parfois, elles sont sympas.

 

mod_article961886_1.jpg

(droits réservés)

 

D'autres fois moins.

 

phaseiv1.jpg

(droits réservés)

 

La renommée des fourmis est très ancienne.

Bien antérieure à l'apparition du cinéma.

L'une des fables de La Fontaine les plus connues met en scène une fourmi travailleuse et une cigale surtout douée pour la procrastination.

La Fontaine, on le sait, s'était grandement inspiré du fabuliste grec Ésope.

Ce dernier n'avait pourtant composé aucune fable intitulée "La cigale et la fourmi".

Par contre, on lui doit "la fourmi et la colombe" et "la fourmi et le hanneton" qui sont, il faut l'admettre, complétement oubliées depuis longtemps.

 

En héraldique, la fourmi est rare, mais présente.

Elle figure sur les armoiries de trois communes françaises dont les habitants sont surnommés les fourmis.

Sewen, Fulleren et Saint-Maurice-sur-Moselle.

Fulleren:

 

th.jpg

 

Saint-Maurice de Moselle:

 

545px-Blason_St_Maurice_sur_Moselle_88.svg.png

 

En matière d'art pictural, Salvador Dali reste le chantre de la fourmi.

Ils les a souvent représentées.

Ici, en bas à gauche, dans "Les montres molles":

 

salvador-dali-fascinations-10.jpg

 

Bref, les fourmis sont partout.

Souvent sympathiques, parfois inquiétantes, mais partout.

 

Dans notre jardin, il y a, évidemment, des fourmis.

Au début, nous n'y prêtions guère attention, plus intéressés par les papillons ou les libellules.

Puis, petit à petit, nous nous les sommes appropriées.

 

D'abord les plus grosses.

Messor bouvieri (3):

 

FORMICIDAE Messor bouvieri.JPG
 

Camponotus sp. (1) (camponote):

 

FORMICIDAE Camponotus sp..JPG
 

Puis les plus petites.

Lasius flavius (3):

 

FORMICIDAE Lasius flavius  1.JPG
 

Pheidole pallidula (3):

 

FORMICIDAE Pheidole pallidula 3.JPG
 

Et, au fur et à mesure que nous avons regardé les fourmis, nous avons découvert que notre jardin abritait bon nombre d'espèces.

Messor structor (3):

 

FORMICIDAE Messor structor.JPG
 

Lasius fuliginosus (2):

 

FORMICIDAE Lasius fuliginosus.JPG
 

Alors, nous nous sommes souvenus que, lorsque nous étions enfants, les fourmis rouges avaient mauvaise réputation.

Mais ceci n'était qu'une grotesque approximation.

D'une part, rares sont les fourmis complètement rouges.

Et, même lorsqu'elles se parent partiellement ou complètement de cette couleur, elles ne diffèrent pas, dans leur comportement, de leurs congénères noires.

Crematogaster scutellaris (3):

 

FORMICIDAE Crematogaster scutellaris 3.JPG

 

Messor barbarus (3) (fourmi moissonneuse):

 

FORMICIDAE Messor barbarus 2.JPG
 

Les fourmis, on a tendance à l'oublier, sont des hyménoptères.

Certaines espèces disposent d'un aiguillon et sont capables d'injecter du venin.

Ceci n'est pas une spécificité des fourmis "rouges".

Mais ces piqures sont quasiment sans effet chez l'homme.

En fait, lorsque vous avez l'impression qu'une fourmi vous pique, en réalité elle vous mord.

Certaines espèces sont plus agressives que d'autres et vont défendre leur nid si vous marchez dessus.

Mais vous ne risquez pas cela:

 

829273103.jpg
(droits réservés)

 

Deux coups de pieds sur le sol suffiront à vous débarrasser des importunes.

 

Certaines fourmis du jardin sont bien d'ici.

Ainsi Messor barbarus est très commune en Provence, mais elle est absente dans le reste de la France.

Messor barbarus (3):

 

FORMICIDAE Messor barbarus 3.JPG
 

Par contre, d'autres, présentes partout, sont plus rares dans la région.

Temnothorax nylanderi (3):

 

FORMICIDAE Temnothorax nylanderi.JPG
 

D'autres encore viennent carrément d'ailleurs.

Linepithema humile est originaire d'Amérique du Sud.

Elle a été introduite en France au début du XX° siècle.

Elle n'est présente que sur le littoral méditerranéen.

La population européenne n'est constituée que de deux super colonies.

La plus grande s'étend sur 6000 kms, de l'Espagne à l'Italie.

Linepithema humile (2):

 

FORMICIDAE Linepithema humile.JPG
 

La plupart des fourmis sont omnivores.

Tapinoma erraticum (3):

 

FORMICIDAE Tapinoma erraticum 1.JPG
 

Mais celles qui appartiennent au genre Messor sont essentiellement granivores.

On les surnomme les fourmis moissonneuses.

Messor capitatus (2):

 

FORMICIDAE Messor capitatus 2.JPG
 

Cependant, les fourmis du genre Messor, ne sont pas strictement végétariennes.

Il leur arrive de s'intéresser à d'autres nourritures.

Et, à l'occasion, de nous montrer leur ténacité.

Ainsi que leur capacité incroyable à transporter des charges beaucoup plus lourdes que leur propre corps.

Messor sp. tirant un ver de terre au moins dix fois plus long qu'elle-même (cela ne se voit pas sur la photo, mais elle y arrive):

 

IMGP3210 (2).JPG 

 

Il existe environ 200 espèces de fourmis en France.

La plupart, sauf les espèces montagnardes, sont présentes en Provence.

Nous sommes d'ores et déjà certains qu'un bon nombre d'espèces existent dans le jardin de Choui et Leia que nous n'avons pas encore observées.

Donc, nous n'en avons pas fini avec les fourmis.

Un excellent guide est édité par Delachaux.

 

guide-delachaux-fourmis-de-france-plus-de-100-especes-decrites.jpg

(droits réservés)

 

Très clair, très didactique, nous le conseillons à tous ceux qui seraient éventuellement intéressés par le sujet.

 

Les fourmis accompagnent l'humanité depuis toujours.

Elles nous intéressent.

Parfois nous fascinent.

 

IMGP4542.JPG
 

Il n'est pas certain que cela soit réciproque.

L'univers-monde des fourmis existait sans nous.

Il continuera d'exister probablement après notre disparition en tant qu'espèce.

Cette interface est mystérieuse.

Nous regardons les fourmis.

Elles nous ignorent (probablement).

Nous avons conscience que les fourmis existent.

Mais combien d'entre nous en ont-ils une conscience autre qu'approximative?

Et à quoi cela peut-il servir?

 

 

 

 

 

 

 

 



01/04/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres