LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Les semis de légumes

En fin d'hiver, le temps est venu de s'occuper des semis.

Avant cela, il faut prévoir l'endroit où ils seront plantés.

Cette année, nous avons préparé quelques buttes de notre potager dans cette attente.

Une sur laquelle nous avons positionné des cannes de Provence.

Elles serviront de tuteurs, entre autres, pour nos plants de tomates.

 

IMGP0515.JPG

 

Une autre sans tuteur, qui sera utilisée pour les cucurbitacées.

 

IMGP0513.JPG

 

Nous reviendrons sur le jardinage sur buttes dans un article prochain.

 

Les buttes une fois prêtes, l'hiver se passe et, à la sortie de celui-ci, nous pouvons commencer à préparer nos semis.

En ce qui concerne nos légumes, cette année, nous avons privilégié les semis de tomates, courges, pastèques, concombres, courgettes, petits pois, haricots verts et carottes.

Pour les pommes de terre, nous avons acheté des plants pré-germés.

Nous les avons mis en place début février.

Les voici deux mois plus tard:

 

IMGP4775.JPG
 

IMGP4779.JPG
 

Nous allons nous essayer cette année aux patates douces.

Pour ce faire, nous laissons germer quelques tubercules dans une caissette remplie de terreau au chaud dans la serre.

Elles seront plantées à la fin du mois d'avril.

Par contre nous ne sèmerons pas les poireaux, les aubergines et les poivrons, mais nous achèterons des plants chez notre pépiniériste.

 

Les premiers semis, tomates et pastèques, sont effectués au milieu du mois de février.

Les autres seront étalés jusqu'au début du mois d'avril.

Pour la chronologie de nos travaux de jardinage, nous utilisons un calendrier lunaire.

Nous ne sommes pas des acharnés du jardinage lunaire.

Nous ne sommes ni des mages,

 

8169_ Merlin.jpg

(droits réservés)

 

ni des astronomes.

 

Nostradamus-aka-Michel-de-Nostredame.jpg

(droits réservés)

 

Nous respectons juste quelques principes.

Ainsi nos semis de tomates furent effectués en lune ascendante.

Et, en règle générale, nous ne jardinons jamais lors des nœuds lunaires, ni lorsque la lune est à son apogée ou à son périgée.

On peut penser ce que l'on veut de ce qui peut paraitre une superstition.

Mais, au cours de nos années de jardinage, nous avons constaté une influence lunaire indéniable.

Notre expérience vaut ce qu'elle vaut, chacun se fera son opinion.

 

En ce qui concerne les semis, nous allons prendre pour exemple les semis de tomates, qui sont les plus précoces.

La première étape consiste à préparer des caissettes étanches.

 

photo1.JPG

 

Au fond des caissettes, nous disposons des billes d'argile.

 

photo2.JPG

 

Puis nous mettons en place le terreau.

 

photo3.JPG

 

Ensuite, il faut tasser légèrement la terre et arroser.

 

photo4.JPG

 

Puis semer les graines et les recouvrir avec du terreau sec.

 

photo5 (2).JPG
 

Enfin tasser légèrement de nouveau pour mettre les graines au contact de la terre.

 

IMGP4140.JPG

 

Ne pas oublier d'étiqueter les semis afin de repérer les différentes variétés.

 

photo7.JPG

 

Enfin, les couvrir.

L'évaporation suffira en terme d'apport hydrique.

Il ne sera plus nécessaire d'arroser.

 

PHOTO 8.JPG
 

Une fois que tout cela est fait, il faut ranger les semis au chaud, car les tomates ne germent qu'à une température de 20°C.

L'idéal, bien sûr, consiste à disposer d'une serre chauffée.

Pour tous ceux qui ne possèdent pas de serre, les semis devront être entreposés à l'intérieur de la maison.

 

Quand les semis ont levé (environ quinze jours) et que l'on voit poindre les premières vraies feuilles, il est temps de les repiquer dans des pots individuels.

 

PHOTO 9.JPG

 

PHOTO 10.JPG

 

Cela est un peu fastidieux, mais donne de très bons résultats.

Pour ce faire, il faut remplir chaque pot avec un substrat de rempotage, faire un trou avec un plantoir, retirer délicatement les plants de tomates du bac à semis, avec une cuillère à café par exemple, les mettre dans les godets et tasser la terre autour du plant.

 

PHOTO 11.JPG

 

PHOTO12.JPG

 

PHOTO14.JPG

 

On peut mettre de la terre jusqu'aux cotylédons (feuilles primordiales).

Tous les "poils", le long de la tige enterrée, deviendront de nouvelles racines qui rendront les plants plus forts.

 

PHOTO 15.JPG

 

PHOTO 18.JPG

 

PHOTO 16.JPG

 

Sur la photo suivante, afin de mieux comprendre:

Flèche bleue: les cotylédons, feuilles primordiales, constitutives de la graine.

Flèche rouge: les premières "vraies" feuilles du plant.

 

PHOTO 18.JPG

 

Enfin, il ne reste plus qu'à arroser, remettre les plants dans la serre et attendre le moment opportun pour les mettre à leur place définitive.

 

PHOTO17.JPG

 

Le terreau est un élément important pour la réussite des semis.

Soit vous l'achetez tout préparé, soit vous le faites vous-mêmes.

Il suffit de tamiser et de mélanger à parts égales de la terre du jardin et du sable.

Pour les semis, il est inutile que le terreau soit riche.

En effet, la graine n'a besoin du terreau que comme support.

Elle possède en elle toutes les réserves qui vont permettre son éclosion et conditionner le développement de la future plante.

 

Pour le rempotage, par contre, le terreau doit être plus riche.

Pas de sable, uniquement de la terre enrichie en compost.

A ce stade, le plan doit trouver des éléments nutritifs pour se développer.

Évidemment, nous n'utilisons aucun engrais ni intrant.

Le compost est largement suffisant.

 

Faire des semis est essentiel pour un potager!

Cela permet d'acquérir son autonomie et de sortir de la dictature des grainetiers internationaux.

Fuck Monsanto!

Cela permet aussi de préserver des variétés qui n'entrent pas dans les catalogues.

Viva Kokopelli!

A bientôt pour les résultats.

 

 

 

 

 

 

 



04/04/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres