LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Résultats et constatations: les haies

Lors d'un article précédent, intitulé "Planter des haies", nous avions développé notre conception des haies.

La base permaculturelle étant, dans ce cas, encore une fois représentée par la diversité.

Dans cet article, nous avions aussi exposé les diverses modalités pour réussir ses haies, toujours en utilisant les préceptes de la permaculture.

Avec le retour du printemps, nous sommes désormais en mesure de proposer les résultats constatés.

 

Le premier principe est donc de mélanger les espèces.

Ici, de gauche à droite: laurier rose, coronille, éléagnus, laurier tin, forsythia, spirée prunelli, et, au sol, semis spontané d'acanthes.

 

IMGP4508.JPG

 

Il faut, bien sûr, jouer sur les couleurs des fleurs.

Afin d'alterner les nuances.

De gauche à droite: laurier tin, malus, forsythia, laurier rose, et le prunus, qui ne fait pas partie de la haie.

 

IMGP4511.JPG

 

Mais aussi, dans la mesure du possible, il faut jouer sur les couleurs des feuilles.

De gauche à droite: cotinus, photinia, spirée de Van Houttei, forsythia.

 

IMGP5108.JPG

L'on doit penser aussi à la chronologie de la floraison des plantes.

Les floraisons successives permettent d'obtenir une haie attractive pour les butineurs en toute saison.

Ainsi que pour nos yeux.

Certains arbustes ont une floraison précoce et courte.

De gauche à droite, photinia (pas encore de fleurs), lagestroemia (pas encore de feuilles), forsythia, laurier tin.

 

IMGP4505.JPG

 

Idem:

 

IMGP4506.JPG

 

D'autres, des floraisons plus prolongées.

Coronille avec quelques acanthes:

 

IMGP4512.JPG

 

Dans tous les cas, ces premières floraisons annoncent les floraisons à venir.

Non seulement, tous ces arbustes cohabitent.

Mais, n'utilisant pas les mêmes nutriments, ils évitent l'appauvrissement du sol.

Certains même, dont l'éléagnus, favorisent l'apport nutritif des autres.

De gauche à droite: seringat, éléagnus, forsythia, photinia, rosa canina (rosier arbustif sauvage).

 

IMGP5109.JPG

 

D'aucuns redoutent la présence d'insectes dans les haies.

Guêpes et moustiques en particulier.

De fait, ils privilégient une seule espèce végétale pour éviter d'être ennuyés par les piqures éventuelles.

Ceci est une absurdité.

Rien n'empêche la proximité des insectes avec l'homme, sauf détruire les écosystèmes.

Donc, accessoirement, détruire l'homme.

Les abeilles, insectes pollinisateurs par excellence, profitent de la variété des haies.

Apis mellifera (3), successivement sur photinia, coronille, rosa canina.

 

IMG_6821.JPG

 

IMG_6867.JPG

 

IMG_6865.JPG

 

Certains arbustes sont très attractifs pour de nombreuses espèces.

Ici le laurier tin, accueillant alternativement Delia sp. (2):

 

ANTHOMYIIDAE Delia sp. (2).JPG

 

Empis ciliata (3):

 

EMPIDIDAE Empis ciliata 2.JPG

 

Myathropa florea (3):

 

SYRPHIDAE Eristalis lineata 2.JPG

 

Ancistrocerus sp. (3):

 

VESPIDAE Ancistrocerus sp. 2.JPG

 

Oxythrea funesta (3):

 

CETONIIDAE Oxythyrea funesta 3.JPG

 

Enfin, la variété des espèces végétales favorise la variété des espèces d'insectes.

Anthrenus angustefasciatus (3) sur rosa canina:

 

DERMESTIDAE Anthrenus angustefasciatus.JPG

 

Eupeodes corollae (2) sur rosa canina:

 

SYRPHIDAE Eupeodes corollae.JPG

 

Didea fasciata (2) sur photinia:

 

SYRPHIDAE Eupeodes latifasciatus 2.JPG

 

Myathropa florea (3) sur photinia:

 

SYRPHIDAE Myathropa florea 4.JPG

 

Eumenes coronatus (1) sur cotinus:

 

VESPIDAE Eumenes coronatus 3.JPG

Epistrophe eligans (3) sur spirée:

 

SYRPHIDAE Epistrophe eligans 1.JPG

 

Empis tesselata (3) sur cotinus:

 

EMPIDIDAE Empis tesselata 4.JPG

 

Sarcophaga carnaria (2) sur éléagnus:

 

SARCOPHAGIDAE Sarcophaga carnaria 4.JPG

 

Coenagrion puella (3) en train d'amorcer les préliminaires sur éléagnus:

 

COENAGRIONIDAE Coenagrion puella 5.JPG

 

L'immense majorité des insectes ne représentent aucun danger pour l'homme.

Ni même un simple désagrément.

Des équilibres se créent entre espèces réputées nuisibles et espèces réputées utiles.

Les auxiliaires du jardin, sans lesquels aucune permaculture n'est possible, se développent.

La biodiversité est respectée.

 

Si toutefois vous continuez à préférer ceci, qui est un cimetière, dans tous les sens du terme:

 

haies-dans-un-jardin.jpg
(droits réservés)

 

A cela:

 

IMGP5110.JPG
 

C'est que nous avons échoué à vous convaincre.

Que nous n'avons aucun talent didactique.

Ou que vous vous êtes égarés sur ce blog.

Mais, si vous venez de lire cette phrase, c'est, justement, que vous n'êtes pas égarés.

Sinon, vous n'auriez pas lu cet article jusqu'au bout.

Donc, vous avez quelques bénéfices à en tirer.

De fait, nous n'avons pas tout à fait échoué.



29/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres