LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Retour vers la mare

L'an passé, nous avions publié trois articles dont le sujet était la mare de notre jardin ("Une mare, première année", "Une mare, et un petit plus loin", "Une mare dans le jardin").

Nous avions expliqué comment et pourquoi nous avions installé cette mare.

Un an plus tard, il est intéressant de constater l'évolution de cet écosystème spécifique.

Une mare, à l'évidence, se différencie de n'importe quelle autre partie de n'importe quel jardin que ce soit.

Elle permet à un certain nombre d'espèces, qui ne pourraient le faire ailleurs, de se reproduire et d'y mener une vie tranquille.

Au premier rang desquelles les grenouilles.

Pelophylax sp. (3):

 

ANURA RANIDAE Pelophylax sp. 7 (2).JPG

 

ANURA RANIDAE Pelophylax sp. 5.JPG

 

On y rencontre aussi, évidemment, des escargots aquatiques.

Lymnaea sp. (3):

 

GASTROPODA LYMNAEIDAE Lymnaea sp..JPG
 

Des punaises aquatiques.

Notonecta sp. (3):

 

NOTONECTIDAE Notonecta sp. 2.JPG
 

Gerris lacustris (3):

 

GERRIDAE Gerris lacustris 2.JPG

 

Aquarius najas (1):

 

GERRIDAE Aquarius najas.JPG

 

Enfin, la mare est un lieu de prédilection pour les Odonates.

C'est d'ailleurs en partie dans le but d'observer des libellules que nous l'avons créée.

Certaines espèces d'Odonates sont devenues endémiques de notre mare.

 

Coenagrion puella (3):

 

IMGP5023.JPG
 

Ischnura elegans (2):

 

IMG_7421.JPG

 

Crocothemis erythrea (3):

 

IMG_7714.JPG

 

Sur le plan de la végétation, l'espace consacré à notre mare se répartit en trois niveaux.

La mare proprement dite, au sein de laquelle les joncs ont poussé spontanément.

 

IMG_7414.JPG

 

Nous avons planté dans la mare de la prèle.

 

IMG_7425.JPG

 

Ainsi que deux nénuphars.

 

IMG_7468.JPG

 

Lesquels offrent des espaces de jeu aux grenouilles:

 

IMG_7711.JPG

 

Le tour immédiat de la mare est abandonné à la végétation sauvage.

On y rencontre beaucoup d'espèces normalement présentes dans les prairies sauvages.

Trèfle blanc, chiendent, pâturin, phéole, folle-avoine...

 

IMGP5647.JPG

 

Chardon Marie, plantain, bouton d'or, folle-avoine...

 

IMGP5648.JPG

 

L'humidité permet l'acclimatation d'espèces qui ne sont pas présentes dans les prairies sèches (renoncule à tête d'or).

 

Le second niveau (second cercle) est consacré à la végétation cultivée.

Plusieurs espèces sont représentées.

Cerisier, lavande, groseillier...:

 

IMGP5643.JPG
 

Brugnonier, gaura, lavandin, rosiers "Gertrude Jeckyll" et "Felicia"...:

 

IMGP5644.JPG

 

Le plus souvent, nous plantons autour de la mare des espèces végétales de récupération.

Soit qu'elles aient été semées en excès par leurs précédents propriétaires.

Soit qu'elles aient été arrachées lors de la réfection d'un jardin.

Toutes ces plantes se sont facilement acclimatées.

Ce d'autant que la remontée d'eau par capillarité autour de la mare rend l'arrosage inutile, même en été.

 

En ce qui concerne les libellules et demoiselles, l'an passé, nous avions rencontré un total de 16 espèces différentes dans le jardin.

Cette année nous avons déjà rencontré une nouvelle espèce.

Pyrrhosoma nymphula (3):

 

COENAGRIONIDAE Pyrrhosoma nymphula 1.JPG

 

Et probablement la reverrons-nous plus tard car des accouplements ont eu lieu.

 

COENAGRIONIDAE Pyrrhosoma nymphula 2.JPG

 

Nous avions déjà rencontré un Anax empereur, mais dans la campagne environnante.

A l'évidence, maintenant, l'espèce a fini par repérer notre mare.

Anax imperator (3):

 

AESHNIDAE Anax imperator 4.JPG

 

Tout ceci nous parait encourageant.

Nous pouvons comptabiliser pour l'instant 18 espèces d'Odonates différentes pour notre seul jardin, alors qu'il n'en existe qu'une petite soixantaine présente dans le département des Bouches-du-Rhône.

 

Mais, même si aucune espèce nouvelle ne s'invite, nous nous contenterons de nos habituées.

Sans oublier que la première fut la libellule déprimée.

Qu'elle reste la plus fidèle.

Et nous offre l'opportunité de jolis clichés.

Libellula depressa (3):

 

IMG_7428.JPG

 

De quoi nous faire passer pour des boss.

Ce qui est loin d'être le cas.

Car, non seulement l'insecte est gros (environ 50 mm), mais de plus, il sait prendre la pose...



19/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres