LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Punaises

Les punaises ont une très mauvaise réputation.

Il y a d'abord les horribles punaises de lit, Cimex lecturalius, qui sont hématophages, piquent les hommes et infestent les matelas.

 

depositphotos_14003807-Cartoon-bed-bug.jpg

(droits réservés)

 

Celles-ci, à moins d'être très âgé, nous ne les connaissons pas.

L'usage des insecticides et la généralisation de l'hygiène fait qu'elles ont complètement disparu.

Pas tout-à-fait quand même, car la multiplication des voyages internationaux et la crise économique endémique nous les ramènent.

Les punaises de lit sont extrêmement présentes dans l'imaginaire collectif.

Elles trainent, comme des fantômes, dans les pires interstices de l'histoire des hommes: extrême misère, déportation, cachots...

Bref, une horreur!

A côté des punaises de lit, il y a aussi celles que l'on appelle les punaises des bois, ou punaises vertes.

Nezara viridula:

 

PENTATOMIDAE Nezara viridula 2 (punaise verte ponctuée).JPG

 

Palomena prasina:

 

PENTATOMIDAE Palomena prasina (punaise verte).JPG

 

Celles-ci, nous les avons forcément rencontrées.

Elles pénètrent dans les maisons, l'été.

Leur vol, très bruyant, nous scie les oreilles.

Et il ne faut surtout pas les écraser, car elles ont la réputation de puer.

Stinky bastards!

 

can-stock-photo_csp13228390.jpg

(droits réservés)

 

Bref, les punaises sont des insectes malodorants, agaçants, pénibles, voire très pénibles.

Ce sont des insectes nuisibles.

Nuisibles?

Pas tout-à-fait.

Si l'on revient vers la planche du Grand Larousse Illustré, on constatera que LA punaise (En fait Cimex lecturalius, la punaise de lit) est bien rangée chez les nuisibles.

Contrairement à LA réduve (en fait: Reduviidae, 7000 espèces connues dans le monde), qui est rangée chez les utiles.

 

il_570xN.1078774877_ndjn (4).jpg

(droits réservés)

 

LA réduve apparait dans les utiles car elle rend service à l'agriculture.

En fait, c'est une belle saloperie.

Les réduves, en effet, transmettent la maladie de Chagas, responsable de 15000 décès par an sur la planète.

Mille fois plus que les requins.

En 1925, temps heureux (les années folles) et date de publication du Grand Larousse illustré, on s'inquiétait de la production de la paysannerie française.

Mais un peu moins de la survie des indigènes dans les colonies.

 

Les punaises sont des insectes piqueurs et suceurs, ce qui ne les rend pas extrêmement sympathiques.

Mais, à l'exception de la punaise de lit, elles ne piquent jamais les hommes.

Elles peuvent s'attaquer aux autres insectes (espèces prédatrices), ou aux végétaux (espèces phytophages).

Elles participent ainsi de l'équilibre de n'importe quel écosystème, limitent la pullulation d'autres espèces, régulent la végétation, et sont présentes dans tous les jardins.

Certaines sont très fréquentes, et on peut difficilement les rater.

Graphosoma italicum (3), qui joue au Milan A.C.:

 

PENTATOMIDAE Graphosoma italicum 1 (punaise arlequin).JPG

 

Pyrrhocoris apterus (3), la plus commune, appelée "gendarme".

 

PYRRHOCORIDAE  Pyrrhocoris apterus 1 (gendarme).JPG

 

Sans que nous ne sachions ni ne comprenions pourquoi on la surnomme ainsi.

Si quelqu'un possède la réponse, nous sommes preneurs.

 

 arton20030928.jpg

(droits réservés)

 

La plupart des autres espèces de punaises sont inconnues des profanes.

Pourtant, elles sont là aussi, très variées, souvent photogéniques.

Elles ouvrent au débutant en entomologie les portes d'un monde mystérieux, bizarre, fascinant.

 

Certaines sont très petites.

Gonocerus acuteangulatus (2), sur le majeur de Yann, notre neveu:

 

COREIDAE Gonocerus acuteangulatus.JPG

 

D'autres assez grosses.

Leptoglossus occidentalis (3) (20mm), sur une fenêtre:

 

COREIDAE Leptoglossus occidentalis 2.JPG

 

Beaucoup sont faciles à reconnaitre.

Lygaes equestris (3):

 

LYGAEIDAE Lygaes equestris 3.JPG

 

Encore que...

Spilostethus pandurus (3):

 

LYGAEIDAE Spilostethus pandurus.JPG

 

D'autres le sont moins.

Adelphocoris lineolatus (2):

 

MIRIDAE Adelphocoris lineolatus 2.JPG

 

Elles montrent souvent un polymorphisme important.

Lygus pratensis (3):

 

MIRIDAE Lygus pratensis 1.JPG

 

Lygus pratensis (3) encore:

 

MIRIDAE Lygus pratensis 2.JPG

 

Souvent, les larves ne ressemblent guère aux adultes.

Nezara viridula (3):

 

PENTATOMIDAE Nezara viridula 3 (punaise verte ponctuée).JPG

 

Certaines sont assez moches.

Sciocoris sideritidis (2), même pas foutue de bien choisir son décor:

 

PENTATOMIDAE Sciocoris sideritidis.JPG

 

D'autres plutôt austères.

Legnotus limbosus (3), perdue sur le bureau:

 

CYDNIDAE Legnotus limbosus (punaise noire).JPG

 

Mais beaucoup sont très belles.

Deraeocoris schach (2):

 

MIRIDAE Deraeocorinae ruber (cimex ruber).JPG

 

Eurydema oleracea (3):

 

PENTATOMIDAE Eurydema ornatum.JPG

 

Certaines se prennent pour le Christ et marchent sur l'eau.

Gerris lacustris (3):

 

GERRIDAE Gerris lacustris (patineur).JPG

 

Elles n'ont pas pour mission de nous offrir les évangiles.

Mais par contre nous signalent l'absence de produits chimiques dans nos mares.

Ces derniers, en effet, modifient le surfactant et empêchent les gerris de se livrer à leurs prouesses.

 

D'autres se prennent pour Michael Phelps et nagent.

Notonecta sp. (3):

 

NOTONECTIDAE Notonecta glauca (notonecte).JPG

 

Certaines mettent à l'épreuve notre "mauvaise foi", quand leur identification s'avère difficile.

Strictopleurus abutilon (1):

 

RHOPALIDAE Strictopleurus abutilon 1.JPG

 

Strictopleurus punctanervosus (1):

 

RHOPALIDAE Strictopleurus punctanervosus 2.JPG

 

D'autres ne nous font pas douter.

Picromerus nigridens (3):

 

PENTATOMIDAE Picromerus nigridens 2.JPG

 

Certaines sont grises.

Rhaphigaster nebulosa (3):

 

PENTATOMIDAE Rhaphigaster nebulosa (punaise nébuleuse).JPG

 

D'autres colorées.

Lygocoris pabulinus (2):

 

MIRIDAE Lygocoris pabulinus.JPG

 

Certaines sont du coin.

Carpocoris mediterraneus (3):

 

PENTATOMIDAE Carpocoris mediterraneus 1.JPG

 

D'autres semblent venir vraiment d'ailleurs.

Rhopalus subrufus (2):

 

RHOPALIDAE Rhopalus subrufus.JPG

 

Mais d'un ailleurs où elles n'étaient pas seules.

Rhopalus conspersus (2):

 

RHOPALIDAE Rhopalus conspersus 2.JPG

 

D'autres encore, armurées, semblent échappées d'un autre temps.

Rhopalus parumpunctatus (3):

 

RHOPALIDAE Rhopalus parumpunctatus 1.JPG

 

Beaucoup nous offrent l'image d'un cœur.

Orthops basalis (3):

 

MIRIDAE Orthops basalis.JPG

 

Et la plupart nous semblent être à l'origine de l'héraldique ancienne.

Dolycoris baccarum (3):

 

PENTATOMIDAE Dolycoris baccarum 2 (pentatome des baies) (2).JPG

 

C'est sans doute pour cela que certaines se permettent de rouler des épaules.

Coreus marginatus (3):

 

COREIDAE Coreus marginatus 2.JPG

 

Après une saison dans le jardin de Choui et Leia, ce furent donc 29 espèces différentes d'hétéroptères qui se présentèrent sous notre objectif.

Réparties entre dix familles différentes.

Si l'on se réfère aux 45 familles possibles, représentant pas loin d'un millier d'espèces en Europe, cela peut paraitre dérisoire.

Mais, de notre point de vue, cela est très encourageant.

Nous ne visitons le jardin en recherche d'insectes qu'une à deux fois par semaine, et nous ne cherchons pas particulièrement les punaises.

Comme elles se confondent avec la végétation, souvent nous ne les voyons pas.

Nous avons la conviction que, la saison prochaine, nous en découvrirons d'autres, dont nous ignorons encore la présence.

Michel Butor écrivait: "Chaque mot écrit est une victoire contre la mort".

Au niveau du Jardin de Choui et Leia, chaque insecte nouveau découvert est une victoire contre la sixième extinction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



27/10/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres