LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Regarder les fleurs, voir les insectes

Lorsque l'on choisit les plantes qui vont constituer ses plate-bandes et massifs, on pense en premier à l'aspect esthétique.

Mais d'autres éléments de choix doivent jouer.

Notre conception des plate-bandes est issue des principes permaculturels que nous avons exposés dans nos articles regroupés dans la catégorie "Permaculture".

Nous ne redévelopperons pas ici ces principes.

Nous en rappellerons simplement deux: diversité et floraisons étagées.

 

Au milieu du mois de mai, voici à quoi ressemble notre terrasse.

Le rosier grimpant (Paul Himalaya musk) est en fleur.

 

IMGP5808.JPG

 

Devant, de gauche à droite, sont disposées les plantes suivantes:

sureau, valériane, lagestroemia, lilas, jasmin d'hiver.

Puis, après les marches: lavatère, asters, coquelicots, caryopteris, nigelle de Damas et rosier "Alfred Carrère".

 

Courant mai, à l'exception des rosiers (et des coquelicots), les autres plantes n'ont pas encore effectué leur floraison.

 

De l'autre côté de la terrasse, dépassé le rosier "Alfred Carrère", nous rencontrons d'autres espèces.

Certaines sont en fleurs (bourrache, deux rosiers "inconnus", sauge de Jérusalem), et d'autres non (lagestroemia, caryopteris).

Entre la bourrache et la sauge de Jérusalem, on devine à peine une petite plante encore discrète: l'hélichryse italienne.

 

IMGP5780 (2).JPG

 

Nous allons nous intéresser ici à deux des plantes constituant cette plate-bande.

La première est la lavatère.

 

IMG_8634.JPG

 

Cette plante méditerranéenne dispose de nombreux atouts.

Elle est très rustique, donc résiste parfaitement bien aux variations de température.

Elle ne nécessite que très peu d'eau.

Sa floraison, qui démarre en juin, est très généreuse et dure longtemps.

 

IMG_8650.JPG

 

Elle pousse et se propage rapidement.

 

IMG_8706.JPG
 

A côté de l'aspect esthétique, la lavatère va jouer un rôle particulier en tant qu'élément de la biodiversité.

Chaque espèce de plante attire certains insectes, et d'autres non.

Les équilibres et interdépendances entre plantes et insectes sont multiples et très complexes.

Certains insectes sont polyvalents, d'autres strictement inféodés à une seule espèce végétale.

Le fait de multiplier les espèces végétales favorise donc l'entomofaune sauvage.

Laquelle permet (entre autres) la reproduction des espèces de plante en question.

Xylocopa valga (2):

 

APIDAE Xylocopa valga 1.JPG

 

Le fait de disposer d'espèces variées, à floraisons étagées, est essentiel.

Non seulement nous avons des fleurs toute l'année, mais les générations successives d'insectes pollinisateurs trouvent toujours leur pitance.

Et permettent la pollinisation des végétaux concernés.

 

Les abeilles domestiques, en général, délaissent la lavatère.

Par contre, les xylocopes l'adorent.

Xylocopa sp. (3):

 

IMG_8913.JPG
 

Ainsi que les mégachiles.

Megachile ericetorum (3):

 

MEGACHILIDAE Megachile ericetorum 5.JPG
 

On voit bien ici la brosse ventrale chargée de pollen:

 

MEGACHILIDAE Megachile ericetorum 3.JPG
 

Les bourdons ne dédaignent pas non plus les lavatères.

Bombus pascuorum (3) (bourdon des champs):

 

APIDAE Bombus pascuorum 8.JPG
 

A côté des hyménoptères, les lavatères accueillent d'autres ordres d'insectes.

De fait, elles constituent un excellent terrain pour l'entomologiste amateur.

Un quart d'heure à côté d'une lavatère en fleurs suffit à réaliser de nombreux clichés.

 

Diptères.

Anthomyia pluvialis (3) (mouche de la pluie):

 

ANTHOMYIIDAE Anthomyia pluvialis 7.JPG
 

Stevenia signata (2):

 

RHINOPHORIDAE Stevenia signata 4.JPG

 

Pachygaster atra (3):

 

STRATIOMYDAE Pachygaster atra 1.JPG

 

Coléoptères.

Rhagonycha fulva (3) (téléphore fauve):

 

CANTHARIDAE Rhagonycha fulva 5.JPG

 

Mordella aculeata (2):

 

MORDELLIDAE Mordella aculeata 4.JPG
 

Harmonia axyridis (3) (coccinelle asiatique):

 

COCCINELLIDAE Harmonia axyridis 6.JPG
 

Podagrica fuscipes (3):

 

CHRYSOMELIDAE Podagrica fuscipes 4.JPG

 

Omonadus floralis (2):

 

ANTHICIDAE Omonadus floralis  1.JPG

 

Lépidoptères.

Agriphila selasella (2) (crambus des rivages):

 

CRAMBIDAE Agriphila selasella.JPG
 

Hétéroptères.

Nezara viridula (3) (punaise verte immature):

 

PENTATOMIDAE Nezara viridula 4.JPG
 

Pyrrhocoris apterus (3) (gendarme):

 

PYRRHOCORIDAE  Pyrrhocoris apterus 6.JPG
 

Deraeocoris ruber (3):

 

MIRIDAE Deraeocoris ruber 2.JPG

 

Heterotoma planicornis (3):

 

MIRIDAE Heterotoma planicornis 2.JPG

 

Carpocoris mediterraneus (2) (pentatome méridional):

 

PENTATOMIDAE Carpocoris mediterraneus 3.JPG

 

Closterotomus fulvomaculatus  (2):

 

MIRIDAE Closterotomus fulvomaculatus.JPG

 

Arachnides.

Une thomise indéterminée (et qui le restera sans doute):

 

IMG_8790.JPG

 

Avec la lavatère, nous disposons donc d'une plante agréable, facile d'entretien.

Elle peut aisément se multiplier par bouturage.

Elle est propice à la préservation et à l'observation de l'entomofaune.

 

IMG_8635.JPG

 

Il n'y avait guère, jusque là, que les lavandes et les fenouils (voir article: "Le fenouil et les butineurs") qui attiraient autant d'insectes dans notre jardin.

Toutes ces plantes sont cependant surpassées par une autre espèce.

 

Nous avons évoqué en début d'article une autre plante, discrète, et qui ne fleurit qu'au mois de juin: l'hélichryse italienne.

Le nom "hélichryse" vient de "helios", le soleil, et de "chrysos", l'or.

En raison, évidemment, de la couleur de ses fleurs.

 

IMG_8739.JPG

 

Il s'agit d'une plante méditerranéenne typique, rustique, facile d'entretien, et très résistante au manque d'eau.

Sa fragrance est caractéristique, et fait penser à l'odeur du curry.

On la nomme d'ailleurs "plante curry".

On la nomme aussi "immortelle d'Italie" en raison de la conservation exceptionnellement longue de ses fleurs en bouquets secs.

L'hélichryse est bien connue des aromathérapeutes car on l'utilise fréquemment pour en extraire une huile.

Helichrysum Italicum est une huile essentielle réputée, aux vertus anti-œdémateuses.

Elle prévient et guérit les hématomes (à la manière de l'arnica).

Elle a aussi des propriétés anti "radicaux libres", donc est très utilisée dans les crèmes "anti-âge".

 

La photo qui suit, très banale, est en fait impossible à prendre si l'on ne secoue pas les fleurs avant.

 

IMG_8738.JPG

 

Car la plante curry attire énormément d'insectes pollinisateurs.

Pendant sa floraison, il est quasiment impossible d’observer un plant qui ne soit pas visité par au moins l'un d'entre eux.

Si on ne "secoue" pas le plant avant la photo, on prend en général plutôt ceci:

 

IMG_8570.JPG

 

Ou encore cela:

 

IMG_8605.JPG

 

Dans la photo qui suit, on les aperçoit à peine, mais ce sont dix espèces différentes au moins qui se promènent sur le plant.

 

IMG_8686 (2).JPG

 

Dans cette photo-là, on note la cohabitation de l'hélichryse avec une sauge.

Mais c'est surtout sur la première que viennent se poser les butineurs de tous crins.

 

IMG_8688.JPG

 

En fait, l'hélichryse italienne est une mine d'or pour l'entomologiste amateur.

On rencontre sur ses fleurs un nombre invraisemblable d'espèces différentes, appartenant à plusieurs ordres.

 

Lépidoptères.

Nemophora fasciella (3):

 

ADELIDAE Nemophora fasciella 3 (2).JPG

 

Maniola jurtina (3) (myrtil):

 

NYMPHALIDAE Maniola jurtina 5.JPG
 

Satyrium ilicis (3) (thécla de l'yeuse):

 

LYCAENIDAE Satyrium ilicis 2.JPG
 

Aricia agestis (3) (collier de corail):

 

LYCAENIDAE Aricia agestis 7.JPG

 

Polyommatus icarus (2) (azuré commun):

 

LYCAENIDAE Polyommatus icarus 6.JPG
 

Lycaena phlaeas (3) (cuivré commun):

 

LYCAENIDAE Lycaena phlaeas 10.JPG
 

Pyrausta aurata (3) (pyrale de la menthe):

 

CRAMBIDAE Pyrausta aurata 4.JPG
 

Pyropteron affinis (3) (sésie des hélianthèmes):

 

SESIIDAE Pyropteron affinis 1.JPG
 

Hyménoptères.

Andrena flavipes (1) (andrène à pattes jaunes):

 

ANDRENIDAE Andrena flavipes 3.JPG
 

Andrena gravida (3):

 

ANDRENIDAE Andrena gravida 2.JPG
 

Hylaeus variegatus (3):

 

COLLETIDAE Hylaeus variegatus 3.JPG
 

Hylaeus signatus (2):

 

COLLETIDAE Hylaeus signatus 4.JPG

 

Ancistrocerus auctus (3):

 

VESPIDAE Ancistrocerus auctus 1.JPG
 

Ceratina cyanea (2):

 

APIDAE Ceratina cyanea.JPG
 

Gasteruption hastator (3):

 

GASTERUPTIONIDAE Gasteruption hastator 2.JPG
 

Gasteruption jaculator (2):

 

GASTERUPTIONIDAE Gasteruption jaculator 2.JPG
 

Arachnides.

Synema globosum (3) (thomise Napoléon):

 

THOMISIDAE Synema globosum 9.JPG
 

Hétéroptères.

Phymita crassipes (3) (punaise à pattes de crabe):

 

REDUVIIDAE Phymata crassipes.JPG
 

 Adelphocoris vandalicus (2):

 

MIRIDAE Adelphocoris vandalicus.JPG
 

Strictopleurus sp. (3):

 

RHOPALIDAE Strictopleurus sp. 1.JPG
 

Diptères.

Lomatia sp. (3):

 

BOMBYLIIDAE Lomatia sp. 2.JPG
 

Bithia spreta (2):

 

TACHINIDAE Bithia spreta.JPG
 

Gastrolepta anthracina (1):

 

TACHINIDAE Gastrolepta anthracina.JPG
 

Cylindromia intermedia (2):

 

TACHINIDAE Cylindromyia intermedia 2.JPG
 

Gymnosoma rotundatum (2) (gymnosome arrondi):

 

TACHINIDAE Gymnosoma rotundatum 4.JPG
 

Eliozeta helluo (2):

 

TACHINIDAE Eliozeta helluo 1.JPG
 

Paragus bicolor (2):

 

SYRPHIDAE Paragus bicolor 3.JPG
 

Eriothrix rufomaculatus (3):

 

TACHINIDAE Eriothrix rufomaculatus 3.JPG
 

Mais le sommet est représenté par les petits coléoptères floricoles.

Coléoptères dont nous nous inquiétions naguère d'en rencontrer si peu dans notre jardin...

Oedemera atrata (2):

 

OEDEMERIDAE Oedemera atrata 3.JPG
 

Oedemera nobilis (3) (oedemère noble):

 

OEDEMERIDAE Oedemera nobilis 5.JPG
 

Oedemera podagrariae (3) (oedemère ochracé):

 

OEDEMERIDAE Oedemera podagrariae 5.JPG

 

Chrysanthia viridissima (2) (chrysanthie cuivrée):

 

OEDEMERIDAE Chrysanthia viridissima.JPG
 

Megatoma undata (2):

 

DERMESTIDAE Megatoma undata.JPG
 

Anthrenus angustefasciatus (3):

 

DERMESTIDAE Anthrenus angustefasciatus 2.JPG
 

Anthrenus pimpinellae (3):

 

DERMESTIDAE Anthrenus pimpinellae.JPG
 

Anthrenus fuscus (1):

 

DERMESTIDAE Anthrenus fuscus.JPG
 

Anthaxia millefolii (2):

 

BUPRESTIDAE Anthaxia millefolii.JPG

 

Anthaxia cichorii (3):

 

BUPRESTIDAE Anthaxia cichorii 3.JPG
 

Anthaxia nitidula (2):

 

BUPRESTIDAE Anthaxia nitidula 3.JPG
 

Paracorymbia fulva (3) (lepture fauve):

 

CERAMBYCIDAE Paracorymbia fulva.JPG
 

Pseudovadonia livida (1):

 

CERAMBYCIDAE Pseudovadonia livida.JPG
 

Mordella aculeata (2):

 

MORDELLIDAE Mordella aculeata 3.JPG
 

Stenopterus rufus (3) (sténoptère roux):

 

CERAMBYCIDAE Stenopterus rufus 2.JPG
 

Trichodes alvearius (3) (clairon commun):

 

CLERIDAE Trichodes alvearius 3.JPG
 

Cryptocephalus sexpustulatus (3):

 

CHRYSOMELIDAE Cryptocephalus sexpustulatus 2.JPG

 

Pour deux plants d'hélichryse, nous avons observé un total de 45 espèces différentes, réparties en 24 familles.

En quelques jours.

Et quelques heures de photos; deux, trois maximum.

 

Alors?

Hélichryse italienne:

 

IMG_8691 (2).JPG 

 

Ou lavatère:

 

IMG_8920.JPG

Il n'est pas utile de choisir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



02/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres