LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

La nuit, d'autres papillons

S'intéresser aux lépidoptères, cela consiste avant tout à prendre des photos de papillons de jour dans le jardin.

Jusqu'à ce que, le soir, un, puis deux, puis de nombreux papillons de nuit viennent nous tenir compagnie dans la maison.

A force, on finit obligatoirement par les remarquer.

Et l'on se décide à les prendre, eux aussi, en photo.

Mimas tiliae (3) (sphinx du tilleul):

 

SPHINGIDAE Mimas tiliae 1 (sphinx du tilleul).JPG
 

Mais, très vite, l'on se retrouve confronté à une double problématique.

Bien que prenant fréquemment la pose, les papillons de nuit sont difficiles à photographier.

C'est le soir.

Ils sont dedans.

Souvent nous sommes obligés d'utiliser le flash.

Bref, nous ne savons pas comment réussir les prises de vue...

De fait, beaucoup de nos photos de papillons de nuit peuvent être qualifiées de "merdiques".

Watsonella binaria (3) (hameçon):

 

DREPANIDAE Watsonalla binaria (hameçon).JPG 

 

Voire de très merdiques.

Metasia cuencalis (2) (métasie de Castille):

 

CRAMBIDAE Metasia cuencalis (métasie de Castille).JPG 

 

Très très merdiques.

Lymantia dispar (3) (bombyx disparate):

 

EREBIDAE Lymantria dispar (bombyx disparate).JPG

 

Extrêmement merdiques.

Setina flavicans (2) (callimorphe atténué):

 

EREBIDAE Setina flavicans (callimorphe atténuée).JPG

Ou encore pire que merdiques.

Ostrinia nubilalis (3) (pyrale du maïs):

 

CRAMBIDAE Ostrinia nubilalis (pyrale du maïs).JPG 

 

De fait, cet article sur les papillons de nuit est, et de loin, celui dont les photos sont les plus mauvaises.

 

Le deuxième élément de la problématique concernant les papillons de nuit est leur nombre.

Car les Hétérocères présentent un nombre d'espèces seize fois supérieur aux papillons de jour.

Quand les Rhopalocères comptent cinq familles, pour les Hétérocères, il faut en compter soixante.

 

Certaines familles, très petites, ne comportent que quelques espèces, comme les Lyonetiidae.

Bedellia somnulentella (1):

 

LYONETIIDAE Bedellia somnulentella.JPG
 

Les Lasiocampidae.

Lasiocampa trifolii (3) (bombyx du trèfle):

 

LASIOCAMPIDAE Lasiocampa trifolii  (bombyx du trèfle).JPG 

 

Lasiocampa quercus (3) (bombyx du chêne):

 

LASIOCAMPIDAE Lasiocampa quercus  2.JPG

 

D'autres sont un peu plus importantes, comme les Nolidae.

Nycteola revayana (3) (sarrothripe de Revay):

 

NOLIDAE Nycteola revayana  2 (sarrothripe de Revay).JPG 

 

Bena biclorana (3) (halias du chêne):

 

NOLIDAE Bena biclorana (halias du chêne) 2.JPG

 

Les Oechophoridae.

Pleurota aristella (3) (pleurote corniculée):

 

OECOPHORIDAE Pleurota aristella (pleurote corniculée).JPG 

 

Dans le cas des Hepialidae, nous n'avons pas eu beaucoup de chance.

Nous avons ici affaire à une famille ne comportant que quelques espèces.

Nous n'avons eu l'opportunité de ne rencontrer pour l'instant qu'une seule de ces espèces, et un seul individu.

Pour le seul individu de cette seule espèce, la photo est désastreuse, peut-être la pire de tout ce blog.

Une photo qui concentre toutes les erreurs de l'apprenti photographe.

Mauvais objectif, mauvaise utilisation de la profondeur de champ, mauvaise utilisation du flash, mauvais cadrage, mauvais décor, et tentatives catastrophiques d'amélioration avec logiciel photo...

Bref, de notre point de vue, une grosse bouse.

Trioda sylvina (3):

 

HEPIALIDAE Trioda sylvina.JPG 

 

Décidément, les papillons de nuit méritent mieux que cela.

 

L'une des familles les plus nombreuses (la plus nombreuse, en fait) est représentée par les Geometridae.

Il s'agit d'une famille très caractéristique.

Vous en avez obligatoirement rencontrés un jour ou l'autre.

Ils se posent sur les murs avec les ailes complétement aplaties.

Lorsque l'on rencontre un Geometridae, on n'a pas de doute quant à la famille au sein de laquelle il va nous falloir chercher.

Manque de bol, il existe plus de 500 espèces de Geometridae en France, et déterminer à quelle espèce appartient un spécimen devient un véritable exercice de patience pour celui qui ne dispose pas d'une solide expérience.

 

Voici donc un certain nombre des Geometridae que nous avons rencontrés dans la maison, avec, encore, quelques photos ratées, et surtout, en liminaire, des heures de recherche sur le net.

Catarhoe rubidata (2) (eubolie roussâtre):

 

 GEOMETRIDAE Catarhoe rubidata 2 (eubolie roussâtre).JPG

 

Eupithecia distinctaria (3) (eupithécie du thym):

 

GEOMETRIDAE Eupithecia distinctaria (eupithécie du thym).JPG 

 

Idaea aversata (3) (acidalie détournée):

 

GEOMETRIDAE Idaea aversata (acidalie détournée).JPG

 

Idaea libycata (2) (acidalie discrète):

 

GEOMETRIDAE Idaea libycata (acidalie discrète).JPG

 

Idaea litigiosaria (2) (acidalie contestée):

 

GEOMETRIDAE Idaea litigiosaria (acidalie contestée).JPG

 

Idaea rusticata (3) (acidalie rustique):

 

GEOMETRIDAE Idaea rusticata (acidalie rustique).JPG

 

Idaea seriata (2) (vieille):

 

GEOMETRIDAE Idaea seriata.JPG

 

Menophra abruptaria (2) (boarmie pétrifiée):

 

GEOMETRIDAE Menophra abruptaria (boarmie pétrifiée).JPG

 

Parectropis similaria (2) (boarmie frottée):

 

GEOMETRIDAE Parectropis similaria (boarmie frottée).JPG

 

Pelurga cominata (3) (cidarie accompagnée):

 

GEOMETRIDAE Pelurga cominata (cidarie accompagnée).JPG

 

Phaiogramma etruscaria (3) (phalène verte des ombellifères):

 

GEOMETRIDAE Phaiogramma etruscaria 2 (phalène verte des ombellifères).JPG

 

Scopula imitaria (3) (acidalie fausse timandre):

 

GEOMETRIDAE Scopula imitaria (acidalie fausse timandre).JPG 

 

L'avantage, avec les papillons de nuit, c'est qu'ils viennent vers vous quand vous ne les cherchez pas.

Ainsi, ceux qui suivent sont venus directement dans le bureau.

Ou se sont posées carrément sur l'ordinateur (comme vous avez déjà pu le constater sur certaines espèces présentées plus haut).

Synaphe punctalis (3) (clédéobie étroite) sur le bureau:

 

PYRALIDAE Synaphe punctalis  2 (clédéobie étroite).JPG 

 

Idaea filicata (2) (acidalie rustique du midi) encore sur le bureau:

 

GEOMETRIDAE Idaea filicata (acidalie rustique du midi).JPG

 

Itome vincularia (3) (fidonie du nerprun) dans un pot à stylos (encore un beau raté photographique):

 

GEOMETRIDAE Itome vincularia (fidonie du nerprun).JPG 

 

Cilix glaucata (3) (petite épine) dans un autre pot, celui-ci sans stylo:

 

DREPANIDAE Cilix glaucata (petite épine).JPG

 

Homoeosoma sinuella (2) (phycide du plantain), sur la tranche d'un livre:

 

PYRALIDAE Homoeosoma sinuella (phycide du plantain).JPG

 

Anerastia lotella (3) (phycide lavée) sur la couverture d'un guide d'entomologie:

 

PYRALIDAE Anerastia lotella 1 (phycide lavée).JPG 

 

Et les quatre espèces suivantes, toutes sur l'écran de l'ordinateur.

Isotrias stramentata (2):

 

TORTRICIDAE Isotrias stramentana.JPG

 

Phalonidia contractana (2):

 

TORTRICIDAE Phalonidia contractana 2.JPG

 

Bostra obsoletalis (2) (asobie de Bursa):

 

PYRALIDAE Bostra obsoletalis (asobie de bursa).JPG

 

Cryphia algae (3) (bryophile vert-mousse):

 

NOCTUIDAE Cryphia algae (bryophile vert-mousse).JPG

 

Le désavantage avec les papillons de nuit c'est que, comme ils viennent se poser dans la maison, le décor est souvent médiocre.

Pechipogo plumigeralis (3) (herminie de la garance), sur un plafond:

 

EREBIDAE Pechipogo plumigeralis 2 (herminie de la garance).JPG 

 

Leucania obsoleta (2) (leucanie obsolète) sur le carrelage:

 

NOCTUIDAE Leucania obsoleta (leucanie obsolète).JPG 

 

Aethalura punctulata (2) (boarmie ponctuée), toujours sur le carrelage:

 

GEOMETRIDAE Aethalura punctulata (boarmie ponctuée).JPG 

 

Idaea degeneraria (3) (acidalie dégénérée) sur le parquet:

 

GEOMETRIDAE Idaea degeneraria (acidalie dégénérée).JPG 

 

Euphyia unangulata (3) (cidarie à bec) sur un rideau anti-mouches:

 

GEOMETRIDAE Euphyia unangulata (cidarie à bec).JPG 

 

Pire que cela, ils nous montrent que, à moins d'être obsessionnels compulsifs (et encore), il est impossible de disposer d'un intérieur parfait.

Autographa gamma (3) (lambda) sur un miroir qui nécessiterait un coup de chiffon:

 

NOCTUIDAE Autographa gamma 2 (lambda).JPG 

 

Horisme vitalbata (2) (horisme rayé), sur un chambranle de fenêtre qui mériterait largement d'être repeint:

 

GEOMETRIDAE Horisme vitalbata (horisme rayé).JPG 

 

Alcis repandata (3) (boarmie recourbée) sur un autre chambranle attaqué par les chiures de mouches:

 

GEOMETRIDAE Alcis repandata (boarmie recourbée).JPG

 

Parfois, la photo révèle une surprise.

Une rainette méridionale à l'agachon.

Elle rêve peut-être de se faire plus grosse qu'un bœuf afin de boulotter Catocala conjuncta (2) (conjointe):

 

EREBIDAE Catocala conjuncta 2 (conjointe).JPG 

 

Tout le monde sait que les papillons de nuit sont attirés par la lumière.

C'est pour cela qu'ils sont si nombreux dans nos maisons l'été.

Les entomologistes se servent souvent de pièges à lumière pour photographier ou capturer les insectes, dont nombre de papillons de nuit.

Nous avons utilisé une fois, par hasard, un piège à lumière: nos chiottes.

Simplement parce que nous avions oublié d'éteindre la lampe.

Or, comme nos chiottes disposent d'une fenêtre, laquelle est toujours ouverte ou entrebâillée, une foule de papillons de nuit y pénétra.

De fait, nous avons utilisé quelques fois les W.C. comme piège à lumière.

Toutes les espèces qui suivent ont ainsi été photographiées sur le mur des W.C.

Achyra nudalis (3) (nymphule nue):

 

CRAMBIDAE Achyra nudalis (nymphule nue).JPG

 

Dolichartia punctalis (2) (sténie ponctuée):


CRAMBIDAE Dolichartia punctalis (sténie ponctuée).JPG

 

Autophila limbata (2) (chéirophane de l'astragale):

 

EREBIDAE Autophila limbata (chéirophane de l'astragale).JPG

 

Aedia leucomelas (3) (clair-obscur):

 

NOCTUIDAE Aedia leucomelas (clair-obscur).JPG

 

Noctua interjecta (3) (faux casque):

 

 NOCTUIDAE Noctua interjecta (faux casque).JPG

 

Emmelina monodactyla (3) (ptérophore commun):

 

PTEROPHORIDAE Emmelina monodactyla (ptérophore commun).JPG 

 

Aglossa pinguinalis (3) (teigne de la graisse):

 

PYRALIDAE Aglossa pinguinalis (teigne de la graisse).JPG 

 

Bradyrrhoa cantenerella (2) (phycide de Cantener):

 

PYRALIDAE Bradyrrhoa cantenerella 2  (phycide de Cantener).JPG 

 

Cadra figulella (2) (phycide des raisins secs):

 

PYRALIDAE Cadra figulilella (phycide des raisins secs).JPG

 

Ematheudes punctella (3) (phycide ponctuée):

 

PYRALIDAE Ematheudes punctella (phycide ponctuée).JPG
 

Ephestia unicolorella (1) (phycide de Wood):

 

PYRALIDAE Ephestia unicolorella 1 (phycide de Wood).JPG

 

Eucosma campoliliana (2):

 

TORTRICIDAE Eucosma campoliliana.JPG

 

Endotricha flammealis (3) (flamme):

 

PYRALIDAE Endotricha flammealis 1 (flamme).JPG

 

Au total, c'est avec les papillons de nuit que nous pouvons rencontrer le plus grand nombre d'espèces différentes.

Comme ils rentrent dans nos maisons, nous avons tendance à ne pas les chercher à l'extérieur.

C'est une erreur.

Dedans, les photos ne sont jamais terribles.

Dehors, elles sont, même en partie ratées, toujours plus belles.

Comment prendre des photos de papillons de nuit à l'extérieur sans matériel photographique spécifique?

C'est très simple: il suffit de les prendre le jour (cf. article "des papillons de nuit le jour").

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



12/11/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres