LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Nous aurait-on menti?

En cours de sciences naturelles, l'un de nos professeurs, Monsieur Coton, dont nous ignorons aujourd'hui s'il est toujours de ce monde.

Monsieur Coton auquel nous souhaitons, dans tous les cas, d'avoir, ou d'avoir eu, une vie heureuse.

Monsieur Coton, que l'un d'entre nous eut quatre années entre la sixième et la terminale, dont une année en tant que professeur principal.

Monsieur Coton, qui fait partie de ces enseignants qui laissent les souvenirs les plus nombreux...

"C'est bon, tu nous lâches maintenant, on s'en fout de ton monsieur Coton".

Bref, Monsieur Coton, qui n'était pas particulièrement coton, nous avait annoncé un jour la chose suivante:

"aujourd'hui nous allons étudier quatre hyménoptères: l'eumène, l'ammophile, le sphex, et l'ichneumon".

Eumenes coronatus (2):

 

VESPIDAE Eumenes coronatus 2.JPG

 

Nous allons étudier l'eumène, l'ammophile, le sphex et l'ichneumon!

 

burp.JPG

(droits réservés)

 

Et bien, ce jour-là, monsieur Coton nous prit pour des blaireaux.

Car il aurait du nous dire: "les eumènes, les ammophiles, les sphex et les ichneumons".

Ou mieux "les eumènes, les sphex, dont font partie les ammophiles, et les tas d'ichneumons".

 

A sa décharge, le grand Larousse illustré de notre enfance nous montrait ceci:

 

il_570xN.1078775341_rn6q (2).jpg

(droits réservés)

 

Et n'allait pas chercher plus loin.

 

Les Sphecidae sont des sortes de guêpes, très caractéristiques car les premiers segments de leurs abdomens sont très étroits.

La famille comprend trois sous-familles essentielles:

-Ammophilinae, dans laquelle on retrouve le genre Ammophila

-Sceliphrinae, au sein de laquelle on trouve Sceliphron (qui ne devait pas intéresser monsieur Coton)

-Sphecinae, qui comporte Isodontia, et Sphex proprement dit.

 

Parce que nous avions toujours remarqué les Sphecidae dans nos jardins successifs, et parce qu'ils nous rappelaient notre enfance, nous étions impatients de les immortaliser.

Cela ne tarda pas, et ils apparurent dès le milieu du printemps.

 

SPHECIDAE Isodontia mexicana 3.JPG
 

Les Sphecidae sont relativement "faciles" à déterminer.

D'abord parce que l'on sait d'emblée que l'on à affaire à un Sphecidae.

Ensuite parce que les espèces sont assez distinctes (mais pas toujours) entre elles.

Voici donc quels sont les Sphecidae rencontrés dans notre jardin lors de notre première saison d'entomologie:

Palmodes occitanicus (3) (celui du Larousse?):

 

SPHECIDAE Palmodes occitanicus 4 (sphex occitan).JPG

 

Isodontia mexicana (3) (isodonte mexicaine):

 

SPHECIDAE Isodontia mexicana 4.JPG

 

Isodontia splendilula (2):

 

SPHECIDAE Isodontia splendilula 1.JPG

 

En fait, nous faisons preuve ici d'un brin de mauvaise foi.

Comme souvent!

Mais cela n'est pas grave, car notre but n'est pas de proposer une taxonomie rigoureuse.

Pour cela, de nombreux sites, animés par des professionnels, sont facilement accessibles.

Nous voulons juste sensibiliser quelques-uns au respect de la biodiversité, et faire part de ce que sont les premiers pas d'un amateur en entomologie.

En réalité, Isodontia splendilula est douteux, mais il est extrêmement présent en région PACA.

Cependant, il ne s'agit pas d'une identification certaine.

Pour ce qui est de notre mauvaise foi, référez-vous à l'article intitulé "La mauvaise foi".

 

En tout cas, ce qui est sûr, c'est que, pour le suivant, il n'y a pas de doute possible.

Sceliphron caementarium (3):

 

SPHECIDAE Sceliphron caementarium 3.JPG

 

Quant à celui-là, dans un premier temps, nous avions pensé que le "flou orangé" sur son abdomen correspondait à un défaut de la photo.

En réalité, pas du tout.

Il s'agit bel et bien d'une caractéristique de l'insecte en question.

Prionyx kirbii (3):

 

 SPHECIDAE Prionyx kirbii.JPG

*

Quant aux ammophiles, dont la détermination n'est pas très aisée non plus, au moins deux espèces différentes sont présentes dans notre jardin.

Ammophila heydenii (2):

 

 SPHECIDAE Ammophila heydeni.JPG

 

Ammophila sabulosa (2) (ammophile des sables):

 

 SPHECIDAE Ammophila sabulosa.JPG

 

Et, dans ce cas, nous ne sommes pas de mauvaise foi.

Le premier présente une coloration tirant sur le rouge au niveau du tibia de la première et deuxième paires de pattes.

Quant au second, les pattes sont entièrement noires.

Tout cela parait bien compliqué, mais est en réalité assez simple.

Les vrais difficultés en entomologie sont ailleurs.

 

burp.png

(droits réservés)

 

A noter que les insectes disposent de trois paires de pattes (sinon ce ne sont plus des insectes).

Ces pattes comptent un total de 6 fémurs, 6 tibias et 6 tarses (mais aucun radius, cubitus, ulnus ou carpe).

Les entomologistes se sont contentés de faire l’analogie avec le squelette du membre inférieur de l'homme.

A noter encore: les catégories n'existent pas dans la nature.

Ce sont les hommes qui l'ont catégorisée.

Ainsi notre ulnus (anciennement humérus) pourrait s'appeler aussi bien fémur antérieur, et le tibia des insectes cubitus.

Car, si chez eux le radius manque, ils ne disposent pas non plus de péroné.

 

d04b3c9fc7dcbf8870b11cb8e2164622.jpg
(droits réservés) 

 

Voici (en attendant la suite) pour les Sphecidae.

Restent les Ichneumonidae.

Les Ichneumonidae!

Grande famille lit-on.

Et pour cause: pas moins de 35 sous-familles pour 60000 espèces différentes dans le monde!

Autant dire que la taxonomie complète des Ichneumonidae n'est pas pour demain.

Ni pour plus tard, ni même pour après.

Il était finalement coquasse Monsieur Coton avec "son" ichneumon.

60000, pas moins!

 

marcel-gotlieb-rubriques-d-un-braqueM143524.jpg

(droits réservés)

 

En France, cela se réduit sensiblement.

Mais il y a encore de quoi avoir le tournis.

On en rencontre des ichneumons, et pas qu'un seul.

Sans doute plus d'un millier d'espèces, dont la plupart n'entrent pas dans les taxonomies faute d'être connues.

 

Commençons par celui-ci.

Ichneumonidae sp.:

 

 ICHNEUMONIDAE Ichneumonidae sp. 1.JPG

 

Autant dire que l'on ne sait pas de quoi il s'agit.

 

Heureusement, dans d'autres cas, les spécialistes connaissent la bête, et les profanes peuvent la reconnaitre.

Banchus pictus (3):

 

 ICHNEUMONIDAE Banchus pictus 1.JPG

 

Therion circumflexum (2):

 

 ICHNEUMONIDAE Therion circumflexum.JPG

 

Encore que, pour le second, persiste l'ombre d'un doute.

 

Entre le parfait inconnu et les espèces identifiables, restent ceux dont on devine le genre.

Banchinae sp. (2):

 

 ICHNEUMONIDAE Banchinae sp..JPG

 

Ephialtes sp. (2) ( femelle avec un gigantesque ovipositeur):

 

 ICHNEUMONIDAE Ephialtes sp..JPG

 

Et pour finir, Lissonota sp (2):

 

 ICHNEUMONIDAE Lissonota sp. 2.JPG

 

Mais, dans ces cas aussi, l'ombre d'un doute persiste, même si nous avons cherché beaucoup et longtemps.

 

A côté des Ichneumonidae, il existe une autre famille qui en est assez proche.

On en distingue les spécimens parce qu'ils disposent de tarses particulièrement "enflés" au niveau de la troisième paire de pattes.

Attention toutefois à ne pas les confondre avec des Ichneumonidae atteints d’éléphantiasis...

Mais ceci est tout de même exceptionnel.

Il s'agit de la famille des Gasteruptionidae, dont les membres sont particulièrement friands de fleurs de fenouils.

Gasteruption assectator (1):

 

GASTERUPTIONIDAE Gasteruption assectator 1.JPG

 

Gasteruption hastator (2):

 

GASTERUPTIONIDAE Gasteruption hastator.JPG

 

Gasteruption merceti (1):

 

GASTERUPTIONIDAE Gasteruption merceti.JPG

 

Et, bien sûr, Gasteruption sp. (3):

 

GASTERUPTIONIDAE Gasteruption sp. 2.JPG

 

Il ne vous a pas échappé que nous n'avons pas encore abordé les eumènes.

Çà fait plaisir, il y en a quelques-uns qui suivent.

Les eumènes sont assez connues, car elles construisent des nids en terre (parfois dans les maisons, derrière les livres qui ne sortent pas des bibliothèques).

On les appelle aussi les guêpes potières ou les guêpes maçonnes.

Elles ont la particularité de présenter un double étranglement au niveau des premiers segments abdominaux, ce qui leur donne un look unique.

Eumenes mediterraneus (2) (eumène méditerranéenne):

 

VESPIDAE Eumenes mediterraneus 1.JPG

 

Certaines essaient de les imiter, mais elles feraient mieux d'abandonner car leurs efforts sont pathétiques:

 

img-55190443ab.jpg

 (droits réservés)

 

A noter que, si les eumènes apprécient les fleurs, et pour cause, elles ne portent par contre jamais de petites culottes.

Eumenes sp. (3):

 

VESPIDAE Eumenes coronatus 1.JPG

 

Il existe une petit dizaine d'espèces d'eumènes en Europe.

Elles sont toutes ressemblantes et difficiles à déterminer.

Eumenes mediterraneus (1):

 

VESPIDAE Eumenes mediterraneus 4.JPG

 

Eumenes coarctatus (1):

 

VESPIDAE Eumenes coarctatus (2).JPG

 

Eumenes pomiformis (1):

 

VESPIDAE Eumenes pomiformis.JPG

 

Les différences sont subtiles: points jaunes sur le thorax, segments jaunes au niveau de l'étranglement abdominal...

Il y a vraiment de quoi douter, et l'on peut parier qu'aucun site sérieux ne validerait ces déterminations.

Nous nous sommes lancés, mais à tâtons, et au risque de l'opprobre.

 

Cette fois, nous en avons fini avec L'eumène, LE sphex, L'ammophile, et surtout L'ichneumon.

Cela nous a couté du temps en détermination, et c'est en particulier avec ces espèces que nous avons compris qu'il nous serait impossible de donner un nom à tout.

Alors même que l'insecte est là, à notre portée, posé sur une fleur du jardin.

 

Merci à vous Monsieur Coton, et à tous nos professeurs de sciences naturelles.

Quarante ans plus tard, il reste quelque chose de votre enseignement.

Nos sorties écologiques furent un vrai plaisir.

En ces temps-là, il est vrai, la vie était plus simple.

Et surtout, il n'y avait qu'UN ichneumon.

 

 



26/10/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 83 autres membres